Rencontres à gogo avec les créatures marines de la Pacific Coast Higway [26 – 30 août]

Lors du dernier épisode, nous étions dans l’expectative de trouver un camping sympa qui corresponde à notre budget …avec douche. L’arrivée à Morro Bay le 26 au soir comble nos attentes.

morrowbay6

Nous stoppons le moteur pile pour un magnifique coucher du soleil sur le fameux rocher de l’entrée de la baie, trouvons un emplacement au pied des eucalyptus et avons le droit à de l’eau chaude contre des jetons ! Comble du luxe, nous découvrons la subtile volupté du houmous au chocolat (si quelqu’un connaît la recette…), pour le dessert du soir !

morrowbay7

Et notre bonheur est complet quand nous découvrons le lendemain, les charmes du village à proximité. Après 1 heure de marche avec l’ordinateur sur le dos, nous tombons par hasard sur un musée du skate- board (hé oui, ça existe) – tenu par un gars très passionnant – placé intelligemment à côté d’une boulangerie (bakery) avec du wi-fi.

Dans le musée, nous découvrons le 2nd plus grand skate-board au monde ; ce qui n’est pas rien !

morrowbay8

Et dans la boulangerie, nous commandons des chocolats viennois et des muffins pour notre après-midi de démarches scolaires et logistique du voyage. Sur le chemin du retour, à la nuit tombante, nous avons la chance de croiser la route de nombreux oiseaux marins migrateurs qui font une pause à Morro Bay : des cormorans et un magnifique héron bleu très photogénique !

morrowbay2

Le lendemain, mardi 27, nous plions la tente en un nouveau temps record pour aller taquiner l’otarie en canoé dans la baie.

Finalement, le plus adapté est le kayak de mer bien qu’on ait un peu de difficultés à le manœuvrer. Ce moyen de locomotion nous permet de longer la réserve naturelle dédiée aux oiseaux sans les déranger et de les observer à loisirs.

morrowbay3

Il nous permet aussi de nous approcher assez près d’une otarie qui jouera à cache-cache avec nous pendant presque une heure. Elle nous regarde nous approcher en grignotant son quignon de bois, lisse ses moustaches tout en faisant la planche sur le dos puis plonge pour ressortir quelques mètres plus loin dans une direction diamétralement opposée.

Retour à la civilisation en fin de matinée avec pour mission de trouver un téléphone pour Luna qui puisse capter les ondes américaines.. et au passage « du monde entier ! » (en France c’est déjà le type d’achat mission impossible alors ici). Celui qu’on a emporté n’est pas adapté (grr) et ne permet donc pas de faire modem pour se connecter au site du CNED pour les cours par correspondance…Heureusement notre expert technique préféré est en direct de la France pour nous guider dans nos choix !! On fignole aussi notre équipement de camping avec l’achat d’un camping-gaz et d’un couteau… et on en profite pour faire le tour des pharmacies pour récolter de l’info pour la Santé à vol d’oiseau.

Cambria est à quelques kilomètres de route ensoleillée filant au pied de jolies collines dorées sur lesquelles paissent de gros bœufs noirs.
La « maison du bonheur » nous attend avec son charmant jardinet, sa balancelle, son propriétaire hilare (Brandon est artiste plasticien et musicien) et sa guitare.

Un colibri vient butiner une fleur tandis que Luna retrouve avec insistance un instrument de musique. Que c’est bon de plonger son sommeil dans une grosse couette moelleuse après 2 nuits de camping !

Le mercredi 29 est marqué par la rencontre avec les éléphants (de mer) et les lions (de mer) de San Siméon. On commence par s’extasier à la vue de 2 éléphants qui se disputent au loin un bout de rocher… sansimeon3

avant de découvrir qu’il y en a toute une tribu qui batifole et prend le soleil dans une crique quelques mètres plus loin.
Pour se protéger du soleil, ils rabattent du sable sur leur dos avec leurs nageoires : à moins que ce ne soit pour l’effet gommage ? Quelques uns baillent bruyamment, lorgnent sur la place du voisin qu’ils s’amusent à faire déguerpir, vont se faire un petit bain de mer .. avant de bien vite reprendre la sieste.

De notre côté, nous attaquons la plus belle portion de LA fameuse route dénommée « Pacific Coast Highway ».
Jusqu’à Monterey, nous longeons la mer à flanc de montagne, ça tournicote pour accompagner les courbes et accents de la côte très découpée.

Il n’y a plus de villages sur une centaine de kilomètres mais des hameaux disséminés à flanc de falaise, des plages désertes quasi-inaccessibles qu’on regarde d’en haut, des arrêts « points de vue » qui renouvellent notre enthousiasme à chaque nouveau stop. Selon l’humidité et l’exposition des vallées, c’est une végétation luxuriante ou des lichens qui complètent le décor ainsi que des rochers tour à tour noirs, bleus, ocres. On en prend plein les yeux. Les oiseaux aussi sont heureux dans ces contrées sauvages : cormorans, pélicans, rapaces et goélands s’éclatent en plongeons et vols planés dans des paysages à couper le souffle.

pacific-coast-highway7

La route nous mène jusqu’à Saddle Moutain, un camping bien tranquille après Big Sur. Notre ultime rencontre animale de la journée se fera avec 2 cerfs qu’ont découvre en train de nous observer manger notre pique-nique à la lampe torche. Cela fait un moment qu’on entendait du bruit dans l’obscurité et qu’on devinait des yeux dans la nuit. Chacun son tour d’être la bête exotique de quelqu’un !!

Nous sommes réveillés en ce jeudi matin (le 30 !) par les gazouillis des geais de Steller (merci à mon expert technique qui est aussi spécialiste des oiseaux !) et leur éclairs bleus égaient notre petit déjeuner. Aujourd’hui sera toutefois placé sous le signe des fonds marins puisque nous nous rendons au réputé aquarium de Monterey. Une militante que j’adore, Claire Nouvian, fondatrice de l’association Bloom a paraît-il éprouvé une révélation concernant la beauté et la fragilité des espèces des grands fonds grâce à ce lieu.

En savoir un peu plus en cliquant ici :

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/claire-nouvian-la-meilleure-amie-des-poissons_2012613.html

Il faut dire que Monterey est placé près d’une faille océanique ; ce qui permet de tester du matériel high-tech d’observation de la faune et de la flore des grandes profondeurs. Nous écoutons une conférencière passionnante nous expliquer tout cela.

Puis place aux sensations et à l’émerveillement avec la découverte des différents bassins où évoluent raies, requins, thons, bancs de sardines, calamars et octopus et méduses. C’est hypnotique et apaisant ; tout le monde retrouve ses yeux d’enfant devant un tel spectacle.

Mais on ne se nourrit pas (que) de belles images donc nous devons partir au ravitaillement dans une jolie épicerie de Monterey. Ceci n’est pas du tout bon pour le porte monnaie car nous avons confondu les livres (lb) et les kilos. Sachant qu’une livre fait 0,4 kgs, on vous laisse faire le calcul quand vous croyez acheter des pêches 7 dollars le kg (1dollar c’est 0,88 euros) mais que vous devez plus que multiplier ce prix par 2 parce qu’en fait, sur l’étiquette, il y avait écrit « lb »!
Nous savourons nos fruits hors de prix le soir au camping les pieds dans près du brasero sous la nuit étoilée. Plus on monte vers le nord, plus les nuits sont fraiches dans ces contrées…

Le lendemain, vendredi 31, nous nous posons à Carmel by the sea, notre dernière étape de la côte avant de rejoindre San Francisco.

Sable plus blanc que blanc, joli village aux boutiques d’artisanat, arbres hamac… nous prenons des forces avant d’aller à la découverte de la grande ville de SF !

carte-ouest-etatsunis-morrobay-monterey

4 commentaires sur “Rencontres à gogo avec les créatures marines de la Pacific Coast Higway [26 – 30 août]

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :